La Bible le dit mais cela ne suffit pas

Oui c’est vrai, je sais que c’est vrai. Il est écrit, cela suffit. 

Ces paroles d’une chanson qui était souvent chanté à l’église lorsque j’étais jeune ne sont pas si rassurantes que cela. Si seulement les choses pouvaient être aussi simple! Pour bien des gens, ce n’est pas le cas.

Malheureusement, simplement dire que « la bible le dit, cela suffit » est en effet très loin de suffire. L’évidence démontre plutôt le contraire puisque l’on n’arrive pas très bien à s’entendre sur ce que la Bible dit « clairement ». S’il y a une chose certaine en regardant l’histoire de l’église c’est que la bible est tout sauf très claire. Cela n’est pas le problème car la bible n’a jamais eu la prétention d’être une réponse claire a tout. Pourtant, nous essayons tout de même de la réduire à un texte qui affirme et confirme nos positions pour ensuite justifier le besoin de se séparer de ceux qui interprète le texte différemment.

Comment reconnaître une fausse doctrine? Facile. Ce sont les doctrines qui sont différentes de celles de ta tradition/dénomination.

Comment reconnaître la bonne doctrine? Facile. Elle affirme les positions de ta tradition/dénomination.

Ensuite, pour s’assurer que tu ne te laisse pas trop « séduire » par ceux qui pensent différemment, ils te diront que ces gens qui enseigne de « fausses » doctrines sont dangereux et cherchent à semer la controverse en spéculant et en donnant l’impression d’être convaincu. A l’inverse, ceux qui pense comme toi sont ceux qui étudient fidèlement les écritures, et sont les seuls à être motivés d’un véritable amour et d’une foi sincère.

Pour certains, la bible se prononce clairement sur à peu près tout.

Pour d’autres, la bible inspire et fait réfléchir mais n’est pas un livre de réponse à tout.

Au lieu de tracer des lignes et bâtir des murs entre « nous » et « eux », pourquoi ne pas tout simplement accepter de vivre avec la réalité que certains trouve dans les pages de la Bible une clarté et d’autres non. Certains comprennent un texte d’une manière alors que d’autre comprennent le même texte d’une autre.

« Qui a raison? » n’est peut-être pas la bonne question.

Publicités