Au commencement, Dieu créa la poutine à l’agneau

J’aime manger au restaurant. Surtout ceux qui se distinguent des chaînes populaires. J’aime aussi les microbrasseries artisanales où nous pouvons goûter des bières qui sont préparées sur place par la même personne qui nous la sert.  Chaque occasion de visiter l’un de ces endroits est une occasion d’apprécier la nourriture et les bières préparées par des artistes. C’est incroyable de voir l’imagination et la créativité des chefs et des brasseurs. L’expérience pour moi commence en mettant les pieds à l’intérieur de l’établissement, mais surtout à partir du moment où je regarde le menu. Les mots choisis pour décrire les plats et les bières le sont pour stimuler notre imagination afin que nous puissions anticiper ce qui viendra.

Tout contribue à nous faire vivre une expérience nous permettant de mieux connaître les passions et l’univers des créateurs.

L’arrangement des plats sont une belle toile et un régal pour les yeux. Les ingrédients qui sont choisis pour les fabriquer sont frais et délicieux afin d’éveiller nos papilles et augmenter les sensations de notre corps. Lire le menu, voir le résultat pour finalement y goûter et savourer.

Chaque assiette et chaque bière sont une création préparée par un artiste et destinée à capter tous nos sens. C’est très beau et bon.

Rien n’est préparé à la hâte, ni au hasard. Le tout commence dans l’imagination d’une ou d’un génie. Une personne qui n’a pas peur d’essayer de nouvelles choses, brasser des idées et leur donner vie. Quelqu’un a créé et recréé jusqu’à ce que l’assiette et la bière parfaite soit formée. Nos mots sont limités dans leur capacité de décrire l’art de quelqu’un d’autre. J’ai un plat et une bière devant mes yeux, mais mes mots ne peuvent tout de même pas capturer de manière appropriée le travail de l’artiste.

Il s’agit d’une description simplifiée et limité de ce qui s’est réellement passé. Une description limitée visant à transmettre une vérité sans toutefois pouvoir prétendre avoir tout capturé et être exacte. Le mieux que je puisse faire est de décrire ce que je vois et ce que je goûte en utilisant des mots et des concepts que je connais. Une personne ayant une formation culinaire pourrait utiliser un ensemble de mots complètement différents pour vous décrire la même expérience.

Alors que je dégustais une poutine à l’agneau au resto Andaz’s Feast & Revel, je me suis mis à penser à la description de l’origine de l’univers tel que décrite dans les deux premiers chapitres du livre de la Genèse.

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Le tout a peut-être commencé avec une étincelle ou même une explosion d’énergie. Un big bang! La vie entre les mains d’un artiste créatif n’étant pas limitée par les échéanciers ou la chronologie de quelqu’un d’autre. L’artiste façonne sa toile. Personne ne lui ayant dit que son projet devait être achevé dans un certain nombre de jours, il a commencé son œuvre d’art qui continue encore en ce moment même. Un jour comme mille et mille jours comme un seul. Coup après coup. Souffle après souffle. Mouvement après mouvement. Tentative après tentative. Couleur après couleur. Chaque étape ouvrant la voie à la suivante. C’est très beau et bon.

En mangeant, j’expliquais à Amélie pourquoi je pense, par exemple, que lire Genèse un et de conclure que Dieu a créé l’univers entier en six jours il y a à peine quelques milliers d’années manque un peu d’imagination, de compréhension et, j’ajouterais, réduit l’œuvre de l’artiste. Si le créateur existe depuis toujours et s’il est tout puissant, pourquoi est-ce si difficile d’imaginer qu’il pourrait être occupé à façonner l’univers depuis des millions ou même des milliards d’années. Il a toujours été là et il ne semble pas avoir l’intention de partir, alors pourquoi se précipiter?

Nous comprenons de mieux en mieux de quelle manière fonctionne le monde dans lequel on vit. Les découvertes rendent ceci au moins plausible, même si nous n’avons pas toutes les données et que nous ne faisons qu’effleurer la surface. Pourquoi n’aurait-il pas pu et ne continuerait-il pas à concevoir, façonner et transformer le monde que nous connaissons?

Étant donné la quantité de galaxies actuellement identifiées dans l’univers et tout ce que nos télescopes n’ont pas encore atteint, il va sans dire qu’il pourrait y avoir beaucoup plus d’activités que ce que nous pouvons imaginer. Le chef est capable de beaucoup plus que ce que les mots peuvent décrire. Ne pas tout comprendre ne devrait pas être une excuse pour ne pas rêver. Ne pas tout comprendre n’est pas une excuse pour rejeter des idées simplement parce qu’elles ne s’alignent pas avec notre conception de la vérité.

C’est une chose belle et merveilleuse de mieux comprendre le monde et l’univers dans lequel nous vivons et de découvrir des faits. Tout comme nous sommes limités dans notre habileté à décrire ce que nous savons, de même les auteurs qui ont rédigé des textes tels que Genèse un l’ont fait à l’intérieur de certaines limites également. Ils ont communiqué la belle réalité d’un monde désiré et créé par un Dieu aimant. Ils ne prétendaient pas savoir exactement comment cela s’était fait à tout point de vue, mais simplement une description de ce qui était devant leurs yeux.

On s’en va où au juste ? B’en, pas besoin de limiter le texte de Genèse à une description littérale des origines de l’univers. D’ailleurs, le contexte de la Genèse ne semble pas vouloir nous pointer dans cette direction non plus.

Lorsque l’on m’a servi ma poutine d’agneau, je ne savais pas exactement comment elle avait été faite. J’en avais lu la description sur le menu et maintenant je la voyais. Le menu avait préparé mon imagination pour le plat, mais n’avait pas comme objectif de me décrire exactement les étapes de sa préparation. Si j’essayais de vous décrire la poutine que j’ai mangé, vous penseriez que je décrivais un gâteau. Pourtant, c’était une poutine. Mes mots seraient une vraie description de la création dans mon assiette telle que je la voyais et tel que je pouvais la comprendre. La description de la poutine venant d’un point de vue, mais n’étant tout de même pas une description complète de ce qui s’était passé en réalité. Mes mots seraient vrais, mais pas absolus.

Pas pour rien qu’on aime la poutine!

Publicités

This is Not a New Year Resolution

This is not a blog post about how in 2015 I intend to lose some pounds, exercise more, use my iphone less, and read one book every week. No, this is not about that. Why not? Well, I simply have not committed to any of those things. Yes, I could lose a few pounds and I most definitely need to exercise. While reading a book every week is a worthy challenge, it’s not on my radar. But who knows, I just might. As for my iphone, well, let’s keep it out of this.

No, this is  not about New Year resolutions. I’ve written about those before. I’ve made plenty and have probably kept 10% of them, maybe. They don’t quite work for me. January 1st just isn’t the right time to make those year altering decisions. I say give it a couple of weeks.

Today may be January 1st but this blog may as well have been written on November 7th or January 7th. Well, come to think of it, maybe not January 7th. That is my wife’s birthday. Good, I remember. If it happens to slip my mind, I’ve got Siri on my side. Good thing I haven’t resolved to use my iphone less.

Anyway, as I was saying this is not a New Year resolution. This is simply me communicating to whomever it may interest that I will be picking up blogging again. Back in 2004 (ish) I had a good 3-4 year blogging run. Perhaps it was even a little longer than that. I sort of accidentally deleted everything at some point so I can’t remember. Then over the following few years I tried to pick it up again but never with any consistency. I’ve always wanted to. I never know if I should blog in French or in English. I imagine this time it will be mostly written in English but with some posts written in French here and there.

What I do know is that I like to think and I like to write. Mostly I enjoy bringing others along with me in the thinking process. Even in my preaching, when I used to do that, it was my approach. Come, let’s consider these things and think through them together. We’re all in the same boat after all.

As the title of this blog indicates, it’s about how random things can get us thinking about other things. This blog is that. A collection of thoughts and considerations taken from the daily stuff of life. Sometimes with a spiritual edge, sometimes not. Sometimes from a religious perspective, sometimes not. Sometimes serious, sometimes not.

I do hope to encourage and inspire and yes, one of my biggest hopes, is to invite you to think through the stuff of life with me. I can only write from the lens with which I see things and hopefully with a genuine openness to the lens of others.

How often will I post? I have no clue. Quite regularly I hope. It will usually depend on how good the coffee is in the morning. We’ll find some kind of rhythm along the way.

I hope you’ll come along and participate through the comments. We’ll see where this takes us. I know I’ll have fun. I hope you will as well.

A New Year Unlike any Other

A new year. A new leaf. A new beginning. A new something. We don’t really know what.

Usually December 31st and January 1st have been an opportunity to look back, assess, and look forward but with little to no difference between both days and the change in calendar year. When January 1st roles around, most of what had been going on leading up to December 31st just keeps going with perhaps one or two added resolutions.

While January of 2013 did mark a big change in pastoral ministry as we were getting ready to join a church planting initiative here in Ottawa, it was still ministry and still somewhat familiar.

Not this time. This year there is a huge difference between today and tomorrow. December 31st feels like a chapter of our lives is closing and when we wake up tomorrow we will be waking up to the unknown. This is the last place we would have expected to find ourselves even just a few months ago. Things shifted back in August when our church planting project came to an end. Due to lack of funding and a change in the general ministry vision and direction of the network, we were told our initiative could no longer be financially sustained and that we no longer fit the necessary profile. While it came as a slap in the face, we understood the implications and agreed that we could not go on. So we stepped back and have since been digesting everything. It has been a confusing few months to say the least. I am now looking for work and that is quite a challenge in and of itself. We are thankful for the financial assistance that we continued to receive as we transitioned away from that ministry.

This morning as I sit in my reading chair and drink my coffee I find myself in unfamiliar territory. Today marks the last day of the salary we continued to receive. It’s not just about the money but more so about the final segment, the last tie. It’s an end. The exciting new ministry opportunity we joined 2 years ago with the anticipation of doing ministry with a team of friends and starting a new church did not come to pass. Of course we’ve known this for a few months now, but today the last connection to that ministry comes to an end. The page is turned.

When we wake up tomorrow it will be a new year like we’ve not known before. One where we have no idea what is ahead. One where I don’t even have a job to begin with. I’m reminded of the words from the Exodus movie when Moses asks his wife if she intends to renounce her faith for him and she says no. He then replies, « good, because you’ll need it now more than ever. » It seems appropriate.

Part scary and part thrilling, this is where we find ourselves as we look forward to the stroke of midnight, the end of a somewhat disappointing year, and the beginning of a new chapter and a year filled with new opportunities.

What about you, how was 2014 and what do you look forward to in 2015?

(In my next post I’ll explain my intention to begin blogging again and how I hope to go about it. Layout is a work in progress)