Separate Ways (It’s not me, it’s you)

It’s time to move on. We are going our separate ways.

What could appropriately be labeled as the most influential, life defining and life shaping relationship of my life has come to an end.

Most would not have expected this since we seemed to be such a great fit. To be fair, we were for a long time. It made sense, it was real and I was committed to going the whole distance. I believed it all. I sacrificed friendships, dreams and desires for the sake of One. I made career decisions on the foundation of this relationship.

Then things slowly started to change. I began poking holes at the bubble we were in and the picture started taking on new forms. The more I thought for myself and took some distance, the more I realized this relationship of ours was not that great. The premise on which it had come to be was falling apart.

It wasn’t all bad of course. There were many great moments. Many wonderful relationships and friendships have come out of this one and they continue to be a part of my life today. Many life lessons learned. Many life values that I carry with me. Life has a way of serving up good in the midst of bad and bad in the midst of good. Take what is served.

I went back and forth for a long time. Years actually. More like a decade really. I was desperately trying to hold on and desperately trying to find some sense to this love story that was slowly, oh so slowly, losing its meaning. I didn’t mean it to. It just did.

I’m still the same person but now I can finally start to find myself and think for myself, and feel for myself outside its shadow.

Photo by Dave Drost on Pexels.com

It cast a big shadow and the lines were blurred.

In this relationship it was said that to give not all was to give nothing. So I gave all.

Outside this relationship it was said that I was a sinner deserving death and all I could do amounted to nothing but filthy rags. A sinner. Totally depraved. Loved, but not … unless. It’s complicated. I believed it and embraced my nothingness and the need for this relationship in order to be healed, cured and restored.

I was continuously reminded that :

“I love you but …”

“Without me you can do nothing.”

“If you love me you will do as I say.”

From birth, through no choice of my own I was apparently set on a road to destruction. This was said to be loving and nothing to be worried about so long as I surrendered and believed. So I did. I did not know better.

Now I think I do.

This relationship was very real but also not. Regardless, it is now over.

To borrow from Joshua Harris :

By all the measurements that I have for defining a Christian, I am not a Christian.

Joshua Harris

This is the most difficult and scariest decision I have ever made. When you turn away from the one thing that defined all your life (and threatened your unbelief), you can’t help but wonder what will be left, if anything, on the other side.

So what’s next? Which way is up after ending such a long relationship? Well, I’m still me. Still the same person. That’s a start 😉

What about you? Are you questioning this relationship? Have you had to break up with God/Christianity? What was on the other side?

Posted by

Somewhat skeptic and agnostic I continue to hold onto the hope that we can be better and work together toward making all things new.

4 thoughts on “Separate Ways (It’s not me, it’s you)

  1. With all the love I have for you and your family I also have lots of respect for you, you were my first pastor the one who brought me the love of God and in your present and in front of the lord I was baptized, sometimes my faith vanish but for some reason it always find it’s way back , more than 5 years ago I was losing all my husband was moving out I had lost my daughter and deprived from her wedding, my heart was shattered I was slipping and slipped in a dark hole, I had lost all my friends except for one true friend, sister and cousin, your mom , the lord had sent her to help me and almost at the end of my relationship with my husband I fell down on my knees crying and screaming to God HELP I NEED YOU and I finally understand that I needed professional help and I went to a psychologist it took a lot of courage to admit my self to go , I thought they were for crazy people till your mom made me see that I was wrong, so I went and between all of them through the love of God Paul and I are still together and very much in love, the road was rough, working my way in finding my daughter , my husband and myself the all process took more then a year, even today Paul and I are still working on our relationship but it’s much more easier now , I went through a long long difficult road but God worked is way for us and brought us back together 😊I will keep you in my prayers and hope you find yourself and peace in you .

    Like

    1. Merci Paulette, I’m glad things are better for you and Paul and the family. I keep good memories of my time pastoring l’église du Bon Berger.

      Like

  2. Georges, hier quelqu’un m’a partagé le dernier poste dans ton blog. Je l’ai lu. Ce matin, pendant que j’étais en train de réfléchir à ceux que tu as écrit, j’ai lu la méditation ci-dessus dans un livre que je suis en train de lire. Je voulais partager cette méditation avec toi ainsi que quelques-uns de mes propres mots.

    Une des plus belles expressions dans la Bible de l’abandon confiant entre les mains de Dieu est le psaume 23 : Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien.
    Nous voudrions revenir quelques instants sur cette affirmation de l’Écriture, surprenante finalement, que Dieu ne nous laisse manquer de rien. Cela servira à démasquer une tentation, parfois subtile, qui est très commune dans la vie chrétienne, dans laquelle beaucoup tombent, et qui paralyse énormément la vie spirituelle.
    Il s’agit précisément de cette tentation de croire que, dans la situation qui est la nôtre (personnelle, familiale . . .), quelque chose d’essentiel nous manque, et qu’à cause de cela notre progrès, la possibilité de nous épanouir spirituellement, nous est refusée.
    Par exemple, je manque de santé, alors je n’arrive pas à prier comme je crois indispensable de le faire. Ou bien mon entourage familial m’empêche d’organiser mes activités spirituelles comme je voudrais. Ou encore je n’ai pas les qualités, les forces, les vertus, les dons que j’estime m’être nécessaires pour pouvoir réaliser quelque chose de beau au plan de la vie chrétienne. Je ne suis pas satisfait de ma vie, de ma personne, de mes conditions, et je vis avec le sentiment constant que tant que les choses seront ainsi, il me sera impossible de vivre vraiment et intensément. Je me sens parfois défavorisé par rapport à d’autres, et je porte en moi la nostalgie constante d’une autre vie, meilleure, plus favorisée, où là enfin je pourrais faire des choses valables.
    J’ai le sentiment que la vraie vie est ailleurs, ailleurs que dans la vie qui est la mienne et que cette dernière n’est pas une vraie vie, qu’elle ne m’offre pas, à cause de certaines souffrances et limites, les conditions d’un véritable épanouissement spirituel. Je suis concentré sur le négatif de ma situation, sur ce qui me manque pour être heureux; cela me rend mécontent, envieux et découragé, et du coup je n’avance pas : la vraie vie est ailleurs, me dis-je, et j’oublie tout simplement de vivre.
    Alors qu’il suffirait parfois de si peu de chose pour que tout soit différent et que je progresse à pas de géant : un autre regard, un regard de confiance et d’espérance sur la situation qui est la mienne, basé sur la certitude que rien ne saurait me manquer. Et alors s’ouvriront à moi des portes, des possibilités inespérées de croissance spirituelle.
    Nous vivons souvent dans cette illusion : nous voudrions que ce qui nous entoure change, que les circonstances changent, avec l’impression qu’alors tout irait mieux. Mais c’est bien souvent une erreur : ce ne sont pas les circonstances extérieures qui doivent changer, c’est notre cœur d’abord qui doit changer, qui doit se purifier de son repliement, de sa tristesse, de son manque d’espérance : « Heureux les cœurs purs car ils verront Dieu » (Mt 5,8). Heureux ceux dont le cœur est purifié par la foi et l’espérance, qui portent sur leur vie un regard animé par la certitude que, au-delà des apparences défavorables, Dieu est présent, pourvoit à leurs besoins essentiels, et que donc rien ne leur manque. Alors, s’ils ont cette foi, ils verront Dieu : ils expérimenteront cette présence de Dieu qui les accompagne et les guide, ils verront que tant de circonstances qu’ils estimaient négatives et dommageables pour leur vie spirituelle sont en fait dans la pédagogie de Dieu des moyens puissants pour les faire progresser et grandir.
    Nous sommes parfois tellement tourmentés par ce qui ne va pas, par ce qui (selon nos critères à nous!) devrait être différent dans notre situation, que nous en oublions le positif et de plus nous ne savons pas mettre à profit tous les aspects de notre situation, même les aspects apparemment négatifs, pour nous rapprocher de Dieu, grandir dans la foi, l’amour, l’humilité. Ce qui nous manque, c’est surtout cette conviction que l’amour de Dieu tire profit de tout, du bien comme du mal qu’il trouve en moi. Combien d’imperfections qui sont les nôtres, au lieu de nous en lamenter et de vouloir en être débarrassés à tout prix, pourraient être des occasions splendides de progresser dans l’humilité et la confiance en la miséricorde de Dieu, et donc dans la sainteté.
    Le problème de fond est que nous avons trop nos critères à nous sur ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, et nous n’avons pas suffisamment confiance dans la sagesse et la puissance de Dieu; nous ne croyons pas qu’il soit capable d’utiliser tout pour notre bien et que jamais, en quelque circonstance que ce soit il ne nous laisse manque d’essentiel, c’est-à-dire en fin de compte de ce qui nous permet d’aimer d’avantage. Car grandir, ou s’épanouir, dans la vie spirituelle, c’est apprendre à aimer. Tant de circonstances que j’estime dommageables pourraient de fait être pour moi, si j’avais plus de foi, des occasions précieuses d’aimer davantage : d’être plus patient, plus humble, plus doux, plus miséricordieux, de m’abandonner plus dans les mains de Dieu.
    Soyons donc bien convaincus de cela, et ce sera pour nous une force immense : Dieu peut me laisser manquer parfois d’argent, de santé, de capacités, de vertus, mais il ne me laissera jamais manquer de lui-même, de son assistance et de sa miséricorde, et aussi de ce qui me permettre de me rapprocher sans cesse plus étroitement de lui, de l’aimer plus intensément, et d’aimer mieux mon prochain. (Jacques Philippe)

    Cette méditation me parle beaucoup! Quand je réfléchis à ma vie spirituelle, je constate que mes doutes dans la bonté et même la présence de Dieu m’arrivent toujours dans les moments de découragement et déception. Je suis souvent envahi par un sentiment que je ne suis pas à la hauteur dans la vie spirituelle, que je n’ai pas réussi et que je ne fais pas assez pour Dieu. C’est difficile de vivre dans la joie et d’avoir la soif pour Dieu quand je vis ces sentiments. Aussi, parfois je suis envahi par un sentiment de déception envers d’autres chrétiens qui, dans ma perception des choses, n’ont pas bien agit envers moi. Je tombe facilement dans un esprit de critique, de scepticisme et d’amertume. Je m’identifie beaucoup avec le fils ainé dans la parabole de Jésus au sujet du fils prodigue. J’ai presque toujours mené la vie juste, mais au bout de ligne, je suis encore dans les champs tandis que d’autres vivent des choses spectaculaires avec Dieu. Pour cela, je trouve profond les paroles simples du père dans la parabole : Mon fils, tu es toujours avec moi, et tout que j’aie est à toi. Pendant presque toute ma vie chrétienne, mes yeux étaient fixés sur tout sauf cette vérité que Dieu est mon Abba, mon Papa et il est toujours avec moi; que la relation avec lui est la chose de base de la vie chrétienne; et que chercher à cultiver cette relation est la grande joie de Dieu et la clé de la joie spirituelle pour moi. Nos découragements et nos déceptions nous empêcheront d’expérimenter la présence de Dieu; de voir Dieu. Ma prière pour moi et toi est que nous puissions vivre une vie intime avec notre Papa Éternel et qu’à travers cette relation, nous puissions trouver la joie de vivre.

    Like

    1. Merci Greg d’avoir pris le temps de commenter. Pour ma part, et je crois pour bien d’autres aussi, ce n’est pas le découragement ou bien des temps difficile, etc, qui nous poussent a douter de Dieu. C’est tout simplement un processus de réflection sous différentes formes et de différentes durées qui mènent à la conclusion que les choses ne sont peut-être pas exactement, ou bien pas du tout, comme nous l’avions crus.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s