En chemin

On s'en va où au juste?

J’aime manger au restaurant. Surtout ceux qui se distinguent des chaînes populaires. J’aime aussi les microbrasseries artisanales où nous pouvons goûter des bières qui sont préparées sur place par la même personne qui nous la sert.  Chaque occasion de visiter l’un de ces endroits est une occasion d’apprécier la nourriture et les bières préparées par des artistes. C’est incroyable de voir l’imagination et la créativité des chefs et des brasseurs. L’expérience pour moi commence en mettant les pieds à l’intérieur de l’établissement, mais surtout à partir du moment où je regarde le menu. Les mots choisis pour décrire les plats et les bières le sont pour stimuler notre imagination afin que nous puissions anticiper ce qui viendra.

Tout contribue à nous faire vivre une expérience nous permettant de mieux connaître les passions et l’univers des créateurs.

L’arrangement des plats sont une belle toile et un régal pour les yeux. Les ingrédients qui sont choisis pour les fabriquer sont frais et délicieux afin d’éveiller nos papilles et augmenter les sensations de notre corps. Lire le menu, voir le résultat pour finalement y goûter et savourer.

Chaque assiette et chaque bière sont une création préparée par un artiste et destinée à capter tous nos sens. C’est très beau et bon.

Rien n’est préparé à la hâte, ni au hasard. Le tout commence dans l’imagination d’une ou d’un génie. Une personne qui n’a pas peur d’essayer de nouvelles choses, brasser des idées et leur donner vie. Quelqu’un a créé et recréé jusqu’à ce que l’assiette et la bière parfaite soit formée. Nos mots sont limités dans leur capacité de décrire l’art de quelqu’un d’autre. J’ai un plat et une bière devant mes yeux, mais mes mots ne peuvent tout de même pas capturer de manière appropriée le travail de l’artiste.

Il s’agit d’une description simplifiée et limité de ce qui s’est réellement passé. Une description limitée visant à transmettre une vérité sans toutefois pouvoir prétendre avoir tout capturé et être exacte. Le mieux que je puisse faire est de décrire ce que je vois et ce que je goûte en utilisant des mots et des concepts que je connais. Une personne ayant une formation culinaire pourrait utiliser un ensemble de mots complètement différents pour vous décrire la même expérience.

Alors que je dégustais une poutine à l’agneau au resto Andaz’s Feast & Revel, je me suis mis à penser à la description de l’origine de l’univers tel que décrite dans les deux premiers chapitres du livre de la Genèse.

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. Le tout a peut-être commencé avec une étincelle ou même une explosion d’énergie. Un big bang! La vie entre les mains d’un artiste créatif n’étant pas limitée par les échéanciers ou la chronologie de quelqu’un d’autre. L’artiste façonne sa toile. Personne ne lui ayant dit que son projet devait être achevé dans un certain nombre de jours, il a commencé son œuvre d’art qui continue encore en ce moment même. Un jour comme mille et mille jours comme un seul. Coup après coup. Souffle après souffle. Mouvement après mouvement. Tentative après tentative. Couleur après couleur. Chaque étape ouvrant la voie à la suivante. C’est très beau et bon.

En mangeant, j’expliquais à Amélie pourquoi je pense, par exemple, que lire Genèse un et de conclure que Dieu a créé l’univers entier en six jours il y a à peine quelques milliers d’années manque un peu d’imagination, de compréhension et, j’ajouterais, réduit l’œuvre de l’artiste. Si le créateur existe depuis toujours et s’il est tout puissant, pourquoi est-ce si difficile d’imaginer qu’il pourrait être occupé à façonner l’univers depuis des millions ou même des milliards d’années. Il a toujours été là et il ne semble pas avoir l’intention de partir, alors pourquoi se précipiter?

Nous comprenons de mieux en mieux de quelle manière fonctionne le monde dans lequel on vit. Les découvertes rendent ceci au moins plausible, même si nous n’avons pas toutes les données et que nous ne faisons qu’effleurer la surface. Pourquoi n’aurait-il pas pu et ne continuerait-il pas à concevoir, façonner et transformer le monde que nous connaissons?

Étant donné la quantité de galaxies actuellement identifiées dans l’univers et tout ce que nos télescopes n’ont pas encore atteint, il va sans dire qu’il pourrait y avoir beaucoup plus d’activités que ce que nous pouvons imaginer. Le chef est capable de beaucoup plus que ce que les mots peuvent décrire. Ne pas tout comprendre ne devrait pas être une excuse pour ne pas rêver. Ne pas tout comprendre n’est pas une excuse pour rejeter des idées simplement parce qu’elles ne s’alignent pas avec notre conception de la vérité.

C’est une chose belle et merveilleuse de mieux comprendre le monde et l’univers dans lequel nous vivons et de découvrir des faits. Tout comme nous sommes limités dans notre habileté à décrire ce que nous savons, de même les auteurs qui ont rédigé des textes tels que Genèse un l’ont fait à l’intérieur de certaines limites également. Ils ont communiqué la belle réalité d’un monde désiré et créé par un Dieu aimant. Ils ne prétendaient pas savoir exactement comment cela s’était fait à tout point de vue, mais simplement une description de ce qui était devant leurs yeux.

On s’en va où au juste ? B’en, pas besoin de limiter le texte de Genèse à une description littérale des origines de l’univers. D’ailleurs, le contexte de la Genèse ne semble pas vouloir nous pointer dans cette direction non plus.

Lorsque l’on m’a servi ma poutine d’agneau, je ne savais pas exactement comment elle avait été faite. J’en avais lu la description sur le menu et maintenant je la voyais. Le menu avait préparé mon imagination pour le plat, mais n’avait pas comme objectif de me décrire exactement les étapes de sa préparation. Si j’essayais de vous décrire la poutine que j’ai mangé, vous penseriez que je décrivais un gâteau. Pourtant, c’était une poutine. Mes mots seraient une vraie description de la création dans mon assiette telle que je la voyais et tel que je pouvais la comprendre. La description de la poutine venant d’un point de vue, mais n’étant tout de même pas une description complète de ce qui s’était passé en réalité. Mes mots seraient vrais, mais pas absolus.

Pas pour rien qu’on aime la poutine!

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :